La réunion, short movie!!!!!!

Et dans un mois, au festival North face de Kalymnos... la vesrion longue!!!!!

 

 

Mental game - Chupacabra and Chicama, E8 and E9-


After our exhausting route opening on Reunion Island in June, James and I had planned to come to England for a big of Trad. With a bit of insight, I should have known that I would be too mentally tired after a month of wild climbing adventure! Reunion had been great, but as well scary, very physical, and a big organization too, with men management for the icing of the cake. All I was looking at on the plane back to Europe was the week we had promised at James parents, in the cosy cocoon that I consider now as my favorite home. When we arrived in Pembroke, first step before the deserved rest, I was at best ready to belay James on is scary game. Trad is to me the least physical and most mental version of climbing. The one that always leaves me feeling like a vegetable after a week of playing.


Unfortunately James, despite all his motivation for trad, and all his plans, is human too after all, and his body manifested his rebellion with a finger injury. Nothing too bad, a small muscle in the hand was screaming for rest though… James was forced to be my grigriboy for 3 weeks!
As a result, I ended up with two weeks to do whatever I wanted in Pembroke, with a blondy slave ready to clean routes for me, belay me, cheer me up…  The perfect situation you’d say, but… I had a little problem: my head wasn’t really sure to be ready to follow!
I started with a slow peace, with Wall of newts, E3, then Mother goose, E5…ouch, that was hard and scary already…the day after I decided to drop a rope in Chupacabra, the quite famous E9 from Ben Bransby, repeated by Steeve Maclure, Neil Mawson, and Nick Sellars. Neil suggested a downgrade to E8, and it appears so in the new topo.


A hard E8, I told my self, would maybe not be too hard on an abseil rope, and at least for this day I could avoid the fear of on sight trad … well… that was a bit of a mistake…
I am just a sport climber after all, even on the abseil rope I was quite scared. I really dislike working moves on a static. Stupid but I always fear the rope is going to get cut, of the belay gear won’t lock… But you get used to anything. After dangling for half an hour I was finding my  little happy place…. But not the moves!

my rack


Promise I won’t describe any single move… I know it’s quite boring, but it took me several visits spread over 3 day, and the live explanation by Ben Bransby himself to find a method for the low crux that would make me comfortable enough… Did I mention it? The low crux is protected by  very good gear…. But they are 5  fair meters below, and the last move of the section is the hardest. Neil has found a good rock 8 that brings the protection one meter higher… but I still had to ask James 3 times if he was really sure that even without the nut, Nick had taken the fall and been all right…a few meters only above the floor.
After several nights of assembling my courage, and convincing myself that the best way to trad climb is to focus on the moves, as being scared definitely doesn’t improve your pump, I set for a try… I got really surprised on the run out to see the wall so blank above me, and the protection so small under me… at that point I didn’t have so much choice left… kept on going and made it though the crux… only to fall on the high crux that I had arrogantly dismissed as “ok”… In my fall I ripped one of the two gears, a small blue friend that, I figured with a bit of thinking, I had placed too fast… I hadn’t really connected in my head that I really had to focus on my protections placements… what an idiot!
Luckily enough, the other protection stayed; otherwise I would have been going a very long while.

First I thought I wouldn’t go again… and it took only five minutes for me to know that I Would go again… I had to win this mental battle.
I took one rest day, I really had to take a bit of time to find in my head the strength to go again, head up, and succeed to focus really on the moves.
Adrian came to shoot a little video with James, and I took the opportunity to ask him to take a few pictures during my next try.
For sure I climbed better, I was more inside my movements. Still, I just about made it though the low crux, and had to use a little trick James and I use for the high crux: I convinced myself that I had fallen, and was just trying to link the top section. That took off the pressure, and I made my way to the very top. Just about.  
Chupacabra had been a hard mental battle, and I had gone through it, and won it. Somehow it reminded me a lot of my competition mental tactics…

Picture of the ascent, by Adrien Samarra

The day after we set of for home, I hoped… until James decided he would love to have a look at Chicama, and to send me in the moves to get an idea.  Chiama is a very steep sea cliff route opened by Tim Emett 10 years ago, and repeated this year by Hazel. James had been smilingly enduring his frustration to not climb, and the least I could do was to let him see Chicama… At that point I was really, really desperate to go home…but well… the things you do for love J
Chicama is 4 hours north of Pembroke, we had to call Tim Emmet, who very nicely explained us where to find the route. With the pictures from Hazel’s blog, we finally found the wall. With all the new pegs that Hazel’s boyfriend replaced/added (as I understood from her blog), this very overhanging wall isn’t too much of a faff, and I could happily chalk the holds, try the moves. I was ready to lead it, it didn’t scare me so much. James forced me to have a top rope go, and that was a good idea, as it cleaned a bit the little bits of braky rock for my feet. At lowest tide I abseiled to clean all the gear we had placed for the top rope, and went for my lead. I would say it went quite smoothly, James would say I was a big idiot, as I placed two cams… and forgot to clip my rope! Well, luckily I didn’t fall, and we could finally drink all the cider and cook the burgers we had prepared in the van!!!

---------------------------------------------

Reunion Island

Reunion Island is where I come from... and were we went back, with Yuji, James, Jacopo and Sam... We openend Zembrocal, an amazing 8c+ max multipitch!!!

For everything check here.

Caro on the 6th pitch of Zembrocal

James on the 2nd pitch of Zembrocal

The wall

------------------------------------------------------------------------------

 

Italy is always a good choice!
(23/01/2013)

After a short trip to show Hykunsa, our last movie, in Italy, Alagna, and two extra days in Cadarese, we really wanted to return to the land of pizza, despite the horrors promised by the Italian weather forecasts.
And of course, to properly test our new van, nothing better than 600km, bivouacs in mountains, and cold nights!
Caradese, you may have already heard about it, is a bastion of trad in the Italian Alps and a place of battles between pro-bolts and Trad-addicts. I must say that this granite cliff cut with perfect cracks fits quite well to placing friends!
I'd been there two years ago, right in my competition seasons, and I remember doing laps of  top-ropes to try and link a majestic  8a + "grazie Ricky." Not so easy to smear and jam in a crack when one is accustomed to giant overhangs of competition. Yet Grazie Ricky is not really a crack. Rather a nice wall with some bits of crack ... good enough for me! At the time, I was happy enough with my top-roping, as the bolts are really quite spaced, uh ... well, I am just a girl after all!

Returning to the scene of my cowardice, but stronger now after a few weeks of "true" British trad, I had in mind to bring things to a conclusion, and without using the bolts please!


James had also decided to give me a lesson of "big balls" that day, and he jumped for a “ground up" bolting of a little route, a nice wall without cracks. For those who are not familiar with the idea of ​​"ground up bolting", it is a philosophy that comes from our Yoda master, Pietro Dal Pra; a few simple rules:


-one starts from the bottom of a virgin cliff
-One  free-climbs starting from each bolt placed
-Every time one must put a hook or a friend, one places a bolt.
In short, if you do not want to end up with a bolt per meter, you have to climb a few meters in the blank (and dirty) rock, until you arrive at a satisfying height, or your courage gives way. Then you place your hooks and sit on them (Aouch here is all the salt of the game… a hook zips, and here you go, for a beautiful fall with a drill in the hand, hammer on the harness ...) and drill your hole to place the bolt.


What a nice game, but  a nice step up from my project...

But hey, as insignificant as "grazie Ricky" may seem now, I still had to make it.

first ascent of the new route of James, around 7c+


In theory, there is enough protection in the route to make it "safe", but but but there is between the last friend and the top 6-7m, which is way enough to have fun  if you fall in crux ... which is of course, at the very end! And to top it all, do not forget that I'm not a pro trad climber ... I hope I place my gear well enough!
In short, I was scared to death, but jumped into the route with one thing in my head: in Trad, being scared doesn’t help at all. If you know where to place the protection, you just have to focus on the climb and place your gear quickly and well! Easier said than done you would tell me? Oh no, when I do Trad, there is a little "click", I go into robot mode. Once my decision taken, I climb, and even though I'm afraid somewhere inside of me, it does not interfere with my climbing. Quite a magical moment!

Full shape after my route


After a small moment of shaking and breathing at the top anyway.... Wow ... I had done it!! Grazie Ricky, it was done!
Viva Trad, Viva Italy!!!!

 

--------------------------------------------------

Post card from the other side of the world

Were I a wonderful camera girl, I would have made the perfect postcard and just posted it here. But I am not. So here is what would have been on my postcard:
Tomas has been trying to open a wine bottle for 20minutes. We don’t have a bottle opener, so his tactic is to slap the bottom of the bottle protected in a shoe onto a big rock, again and again. Apparently there is a legend that tells this works…well for now it doesn’t. Did I tell you? Tomas is the responsible of events at North Face Chile. But right now he is only responsible of the bottle opening. Without success. So Diego, the Argentinean guy exiled in Barcelona, takes over and starts processing with a knife dug into the cork that he twists. Every now and again, he stops to take a handful of salt, and caresses a huge chunk of row beef, that he places on the grill after.
Around the circle of the fire, there is James of course, dead hungry, staring at the meat. But there is inside of this British boy a cultural sense of self control that stops him from picking the meat before it reaches its best cooking state. Next to him, Jacopo the Italian waits, silent. I would say he is as Italian as my grandma, as he is always very quiet, calm, graceful…But here is the thing, he is Tyrolean, extreme north of Italy…nothing to do with the rest of them!
On the other side of James, Matt talks, laughs, speaks with big movements. He is funny. Of course, he is from ‘merica, usa.
At this point, this could still be an average post card no?
But above us, there is the Milky Way as I have never seen it. Really shiny. And around us, in an entirely silent night that only we disturb, there is rock. Everywhere. A field of rock from the Andes. Arêtes, pinches, small and big boulders, there is a huge mix of sedimentary and magmatic rock that tells the tormented story of this mountain chain. And far behind us, where the sun will rise tomorrow, there is this huge sleepy volcano, 5000m high, covered in snow. After eating, we will go to sleep staring at the stars on our crash pads, protected only by our sleeping bags. We are somewhere 3 hours from Santiago, deep in the mountain of Chile.
And I? I couldn’t wait, of course. I am French. I burned my fingers several times, picking little bits of meat. And it tasted wonderful. It tasted of Chile

.

 

Matser of bouldering, the competition that made me come to Chile. Thanks North Face!

Gotta del arenauti, moment of grace

It's 4pm, I'm about to tighten my solutions. I'm sitting on my rope at the foot of "theoria del 8a ', 8b +, a long route of the Cave of the arénauta" somewhere on the coast over Naples, Italy. The place is almost idyllic: a cave full of light,directly on the beach deserted since a few weeks by tourists. Almost. Today, for some reason that escapes us, mosquitoes and flies congregate on every inch of bare skin, I feel as if I were back at Reunion Island in the rainy season. And since an hour, it's been raining cats and dogs, causing a sensation mixed between sadness and the pleasure of been sheltered from the storm.


I tried unsuccessfully two 8a + in the cave, failing each time at a boulder. The style, however, is really for me: overhang and colos, without flies, I would be perfectly at home here!
It is four pm then, after going up as a tourist in "theoria del 8a", 8b +, I'm half decided tohave a try, "for the glory". My skin, my shoulders, my back, are screaming after all these overhanging routes in this 4th climbing day. Yesterday and the previous three days, we burned our fingers on the faces south Ferentillo Grotti and Monte Staccata. Tomorrow, we leave for another spot. And of course, I'm still not sure of my methods, I plan to test a sequence I saw from an Italian guy working the route.


Anyway, I have no ambition, no hope. Even though I know that with a little time, work, the route would be within my reach.
Here's the thing precisely: by saying I have no ambition, I gave myself some space, I only have to climb. So I climb.
The beginning of the route is easy, big holds and kneebars until the beginning of the roof and part of me feels vaguely that I climb well: very relaxed, almost drooping shoulders in these movements, I get to the real beginning of the route in an ideal state. My goal is to pass the first boulder. 5 movements in a roof,heels above the head, before a lip, I get to rest before the final roof. Well, when I say final, I have all the hard still ahead of me. In my head, nothing. Just resting. Climbing. And I leavestill with in my head, just climbing. And relaxation. I link the complex section of the roof without making the slightest errorof placement, without hesitation; part of my brain, but a small part, is really surprised. A final rest in the roof, remains a very complex last section, I'm not at all sure of my methods, I intend to imitate the Italian once again in his sequences of heel toes and heel hooks. A part of me is worried aboutfailing at the last section after passing the crux. But again, I have not optimized the end, I would allow myself to fall there: I have no ambition.
I start in the last section, quite limit in the methodes, I focus to optimizemy movements, climb clean.
Here I am, I made it, 8b+, 1rst try.
I was lucky, a moment of grace.

Kinabalu: Borneo, 4000m high, sport climbing at high altitude...

Here it is, we are back! While away from the civilisation, I wrote on old fashon paper, forced james and yuji to write too... here are the first days, first impressions...

Caro, 13th of June:


James just handed us tea and “ice cream”oreos. All of us, climbers, staff, are hidden in our sleeping bags, fighting not to sleep, asking for stories. It’s 1pm, we arrived in the Sayat Sayat hut, the highest one, at 3660m, at 8 this morning. It took 5 hours yesterday to hike from 1800m, then one hour today. I am ashamed to have had the benefit of porters: as a climber, I am not quite used to paying somebody 30E to carry my heavy bag pack on their back. One flat panel of wood, ropes as shoulder straps, another rope around the forehead, here they go. Technically, it’s mountain tork, our sponsor, who played them. So I am ashamed, but so thankful. This last walk in the morning, I had to stop every 5m, walk up the steps with my hands too. As deep as I may try to breathe, I don’t seem to get what’s needed to move.
Now it’s overly windy, misty, and rainy. Not a time to go explore the untouched faces of every peak around us. Yuji tells us with his relaxing accent: “here, don’t plan, maybe in a bit the weather will clear, maybe tomorrow…”
Right now, I am completely fine with waiting. I am realizing that Kinabalu will be a real expedition. Cold, wet, tiring, and so windy… and in this conditions we plan to bolt, trad climb… Something really hard. Part of me wonders, what the hell am I doing here. I will surely get sick, I will be tired, cold, scared. But I will come out happy, and proud to have been part of that expedition. I know it. Because I felt the same on my previous little adventures with James and The North Face. But for now, I hear a lot the little shy girl in me that struggles to keep warm even in the hut. Maybe if I recover a bit, acclimatize; a warrior in me may wake up.

James, 16th of June
Three days into the trip, well it’s actually more like seven, but today is the third climbing day. Bodies are beaten, but minds are getting stronger. It’s funny how just a few days ago, I would have said the exact opposite, as we arrived at the base of the mountain well rested, but a little apprehensive.
Climbing and living at 4000m is something new to me, and coming from sea level to the top in just a day made the experience even worse. My head is still aching and my lungs still screaming now, but on the first few nights it was hellish.
Walking up through a torrential downpour did little to help the situation, wet clothes that never dry  make you clod to your bones. Wind, rain, how can we ever climb in a place like this?
But then the clouds clear and the sun shines, you see the most incredible landscape you can imagine. A mountain of granite, twisted and sculpted into formations from your dreams, with overhanging towers and faces as far as you can see, just waiting for their first bolts.
Yuji has been here before and so we know the score. Patience is the name of the game, the weather can never be trusted, meaning a lot of time in the hut, then making the most of the small windows through the mist. He tries to explain us how things work up here, and what our schedule may be like. The 5am wakeup call sounds horrendous at first, but when you realize it is only 7pm and your eyes are starting to close, perhaps it is not so bad.
The first time on top of the mountain, it’s hard to take it all in. It’s so vast, so 3 dimensional, with towers shooting off towards the heavens, and dark gullies seeming to fall away to hell. Yuji explains the location of his existing routes and shares the secret of his projects, we spy a few new things of our owns, all that remains is to start.
I have bolted before and understand the fundamentals, but the everything, really knowing what to do, and the little things that make it work well, only come with practice. However in comparison to Daniel and Caroline, I am a master and so I do my best live up to their hopes, and teach them what (little) I know.
Within a few days everyone is firmly in the swing of things. Everyone has found their piece of inspiration, thrown in some steel work, and stared trying the moves. Like bolting, climbing at altitude is something that also needs learning. So different from climbing near the sea; not only does the slightliest tricky sequence have you panting for breath, but I also find myself feeling much more intimidated than usual, worrying that my feet and hands unexpectedly slip, despite the amazingly grippy rock.
Speaking of the rock… The best quality granite, formed into every shape you can imagine, offer a seemingly endless playground for the (slightly) adventurous. We are essentially running around, cherry picking the best, hardest, most inspiring lines from the whole plateau, and there is more than we could ever hope to blot. If you extent things to the easier grades or the more difficult to reach areas, the potential is there for several life times.
After a few days we all become more accustomed to living at altitude. No longer are we out of breath during evenings in the hut, and we start to become aware, some more painfully than others about the importance of Sun cream and moisturizer! Of all the routes we have bolted, the majority have been freed, leaving some of the hardest routes in the area. The difficulty when bolting is not just to choose a beautiful line,   but to find something close to your limit, but still climbable. The difference between possible and impossible is something very small!
Life in the hut is easy and enjoyable, thanks in a big part to the involvement of Mountain Tork – a Malaysian Adventure Tourism operator, and our guides on the mountain. They have taken care of everything, leaving us free to focus only on the climbing. The amount of planning and preparation on their part is simply outstanding and it is safe to say without their help, this expedition may not be possible, certainly not in the same way.

Caro, 17th of June
Yesterday was a great day…
I had bolted a short route on the first day. It turned out to have quite incredible mouves, very precise footwork and… a double dyno!
I didn’t expect it. And figuring out the methods, I knew I couldn’t do it. So I gave it to James, who made it first try after working the methods. I was so happy! My first route ever was a success, 8b, Apuri Manan. It means sensations.
But then Daniel and James pushed me to keep on trying the moves… And 3rd day, I found the precise footwork to do the jump. And I made it! I was so surprised. I always give up when I can’t do a move of a route. Interesting to discover the land of projecting.
Today was a good day as well because James found his project. The Double Arête. While he was bolting, after a precarious trad approach to the top, he really wasn’t sure that the route would work. But the in the day he made all the mouves. You should have seen his smile when he came down.
Happy

.

James starting to work his project: the double arete

Odysee, more ticks!

I'll spare you this time a list of E grades, personally I still do not understand much the English grade system ... That said, one of our last days deserves a little self satisfaction: Nescliff, sandstone quarry, seems to have inspired us highly , and a long day (9h-21h) has issued its list of ticks!

In very short, E7, E8 flash, on sight E8, E9: james made all that on his own! His best day of trad will he conclude there!

Nothing as amazing for girls, although Hazel offers a flash E7, another E7 after work, While I wasdoing another E8, and E7 after work.

Not bad I think. But what I will remember in the end is this:

End of the trip minus 2 days. If at this point I didn’t pick up the skill, then I must be a desperate case. I had the two best mentors you could think about: Hazel and James.
The easy part was to teach me about to place a nut, a cam. I theorie, it’s fairely easy: you get a hole, a crack, you stuff the cam in , release. Maybe it’s a bit more tricky when you have to insert the nut then turn it.
That is the easy part, as I said. Except I realized just yesterday, watching Hazel than james on onsights E7 and E8, that you are definitely supposed to wiggle, look, check, until you are sure of your gear, then finalise by a massive tug. Here is my problem: once I placed my gear, I have no real idea of how solid it is, as a result, there is not so much point wiggling, as I won’t know if I am improving the proces or making it worse.

And then comes the real hard part of Trad climbing:being able to say: “this nut is solid at 90%”, or, ‘this nut is solid at 30%”. That’s what James is really trying to teach me at the moment. If you know you can relay on a solid gear, you can climb, run out. If you can’t relay on it, you have to find some other protection before moving up. If you can’t estimate your gear quality, you’re climbing blind, taking a chance with your life. Really very tempting, I have to admit, to just say in you head, “well, it will be alright, this cam in a breaky hole may hold, I should be at least slowed….”. Except no, Hazel and James are no stupid recless dudes, they insist on me not following this easy suicidal track.

Incredible, in fact, this trad attraction! I would have bet everything I would be a scared little mouse, top roping every route, crying one meter above the gear. But no! I find myself having just head pointed a route, with a big runout in the beginning, that I protected with a shitty cam in a loose hole. James onsighted the route after, and made me realize that my supposedly safe start was in fact not that far from a solo! Lesson of the day: do not accept “may hold” as a safety line, treat it like a solo! If you wouldn’t be happy to solo this part, then you shouldn’t be happy to climb with such poor gear. The real danger in Trad, is that it’s really easy to full yourself, make yourself believe that you’re safe while the real wise trad climber is wise because he knows that he is committing into un-protected sections.

That committing stuff is my problem now. I don’t know where is the limit between being courageous and being an idiot. Watching Hazel and James, I really feel like they do succeed in that very well, having grown as climbers in that trad spirit. The question is, how long will it take me to learn to be a safe and courageous trad climber?

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

 

Premier gout d'Aria...Vive la pluie…


Après bien 5 jours à être patraque après Mezziogiorno, la forme est de retour, direction ARIA, La voie de Pietro Dal Pra.


Pour qui ne connait pas le personnage, il est aujourd hui le « shoe tester » de La sportiva, celui a qui je dis merci pour les meilleurs chaussons du monde. Il est aussi l’assureur 5 étoiles de Adam dans ses grandes voies de folie, Wogu et Tough enough, Enfin, il est celui qui a libéré Hotel Supramonte, mais aussi répété Silbergeier il y a plus de 10ans. Une légende de l’escalade quoi. Et bien Pietro a décidé de nous emmener a son bébé, ARIA, et de jouer les « climbersitter » comme il le dit lui-même (Babyclimbersitter).

Aria, donc, en théorie, est plutôt une voie normale : 7c/7a/6c+/6c+/6c+/8a+/8a+/6c+/7b/7a. Bon, 10 longueurs tout de même, deux sérieuses clientes, ça pourrait faire dans la journée si on se donne bien… Sauf que, après plus amples précisions, Aria a un petit coté atypique : on peut la faire avec 6 dégaines !!!!!!!!!!!!!!! AAAAAARRRRGGGGG


6 dégaines, dans des longueurs en 8 de 45m, je vous laisse calculer, ça fait au grand minimum 7 m entre les points ! Au minimum, hein, parce que si les deux premiers points sont un peu plus près (et j’en suis bien contente, rien de pire que le grimpeur tombant sur l’assureur), ça veut dire, évidemment, que les autres points vont être encore plus espacés que 7m !


Même pas peur (oui enfin, James hein, moi, au mieux, je vais faire une longueur en tête hein), c'est parti !1 heure de bateau, une demi-heure de marche dans un sentier effacé, on y est. WOW, Aria est la seule voie de toute la face, perdue au bord de mer, la grande grande classe !
Bon je confirme, je suis terrorisée, dans le 7c il y a chute au sol a plus de 20m, mais comme le dit Pietro : « Quand c’est facile, tu n’es pas censée tomber ». Bon, je suis en moul, hein, mais j’imagine…. Pietro grimpe avec nous, dans les 6c+, je me lance en tête, c’est ça ou la longueur en 8 cocotte !, oh mon dieu ! alors oui, l’engagement ajoute un tantinet à la cotation, surtout quand c’est péteux ET mouillé !!!! Bref, j’ai fait du 7b dans du 6 à force de serrer, on arrive au pied du 1er 8a+… trempé ! Pas une seule colo n’est sèche, il a plu il y a 5 jours, et ça se voit ! Bon, James est un grimpeur de trad, même pas peur, il y va quand même, sera forcé de s’arrêter à un point pour cause de pas dur avec des chaussons/mains/pof trempés. Mais il ne prend même pas de gros plomb (Pietro se charge de l’assurer : dynamiser un vol de 20m pendu à un relai ce n’est pas du gâteau), et termine la longueur. Je pars en second… c’est vraiment la fête à la grenouille, absolument détrempé ! Mince, ce ne sera même pas envisageable aujourd hui… James s’engage tout de même dans le 2 eme 8a+, qu’il torche à vue.


Pas de croix, mais du chocolat quand même, le soir, bivouac au pied du mur, Pietro nous raconte de histoires mythiques, un cochon sauvage énorme vient grogner juste devant nous… je m’endors en rêvant de colos mouillées me tombant sur la tête…
Dommage, on va revenir, promis !!!!!

 

Mezzogiorno di Fuoco , (270m, 8b max, 7c obligatoire, expo) Punta Giradili, Sardaigne


Les 2 derniers jours ont été  cauchemardesques, dans « la viaje de los locos » par grand grand mistral (on nous dira après qu’il ne faut pas aller au Gorropu ces jours là, car le mistral s’y engouffre… oui, merci, on a remarqué ! J ).  Chantier à finir, mais pour l’instant, nous avons voté pour notre 3 eme voie sarde…
Mezzogiorno di Fuoco, équipée par les célébrissimes Larcher-Vigiani, est a leurs dires parfaite : “il sera difficile de trouver une autre route combinant si parfaitement  beauté et difficulté ».  Pietro dal Pra nous encourage : pas de souci, avec cette voie, vous misez juste !


Encore faut-il réussir à la trouver : en Sardaigne, les panneaux d’indications ne sont pas a la mode, nous avons depuis le début du séjour mis au point un plan de recherche : la veille des jours de grimpe est dédiée à la recherche de la voie, bartasse, allez retour, coups de fil… et on finit (jusque là) par trouver notre aiguille dans la botte de foin.
Reste à se lancer maintenant, la voie est aussi connue pour son engagement/exposition… bon … au pire, je vais pleurer, hein rien de dramatique !
9 heure du matin, nous sommes au pied de la voie, 7 longueurs : 7a+ ; 8b ; 6c ; 8a/+ ; 7c+ ; 7c ; 7a. Des la 1ere longueur, je découvre une pression inhabituelle : au vu de la longueur de la voie et de sa difficulté, j’ai peut être une chance de la faire dans la journée… si je ne perds aucun essai bêtement !
Le 8b, dans le quel je me lance en 1ere pour une montée de travail, s’avère bien teigneux, vraiment trop à mon gout. Mais rien de tel que la réussite de James flash, en guise de coup de speed : même  pas mal, j’y arriverai ! Quelques grognements plus tard, ca passe pour moi aussi. Ouf !
James se charge du 6c note EXPO… pas pour rien, avec presque 10 m entre les points, les ouvreurs n’ont pas fait dans la dentelle !
8a/+… après un faux départ, je repars du début et me mets un énorme combat, physique et mental, avec dans la fin des espacements de 5 m, le plus dur est de trouver la ligne. Dernier pas dur juste au relai, mais il est hors de question que je me refasse la longueur… et ca passe !
7c+ : dur vraiment de trouver les prises, avec pas une trace de magnésie le 1er erre complètement, heureusement c’est James, en second cela se passe bien plus facilement !
7c… cette fois c’est mon tour d’ouvrir le bal. Je commence à sérieusement manquer de force/resi/conti… il me faudrait 5 essai pour un petit 7c de rien du tout, à tomber explosée en 2 secondes. J’en ris presque, sauf que le dernier 7a risque de ne pas me paraitre très drôle…
Au final, le 7a coulera, avec tout de même quelques grognements !


Bilan :James a réussi les 7 longueurs flash ou a vue, et moi je les ai enchainées !!!!
7h30, il nous reste une petite heure de bartasse impressionnante sur la crête pour rejoindre le van, heureusement il fait encore jour, à quelques minutes près.
11h d’effort au total, je n’arrive même plus à compter combien de longueurs je me suis cognée au final, c’était vraiment une belle aventure. Merci aux ouvreurs, travail magistral pour ouvrir ce bijou.
Que c’est épuisant les grandes voies !!!!

 

 

 

Grandes voies, les plus qui font pencher la balance du bon coté
Grimpeuse de compétition est un passe qui m’a appris à me nourrir… certains diraient à ne pas me nourrir J… mais c’est un autre débat !
J’ai appris en compétitions les regles d’or : repas trois heures avant de grimper, gel énergétique 20 minutes avant de passer, boisson de réhydratation… Mais ce n’est qu’il y a un an que j’ai commencé un partenariat avec Power bar.
Je pensais qu’en m’éloignant un peu des compétitions j’aurais moins besoin de ces barres… quelle erreur ! Des Mind control, je me suis rendue compte du bienfait d’un gel power bar en falaise, avant une voie de conti. Mais la différence majeure se fait, je vous le dis, en Grandes Voies !
Hier je me suis engagée dans une grande voie vraiment dure pour moi, 270m avec des longueurs en 8. Une barre entre chaque longueur m’a sauvé du coup de pompe que j’avais ressenti il y a une semaine dans une autre grande voie. Mais à la 6 eme longueur je me suis retrouvée « séchée », avec un 7c à enchainer, sous peine de revoir recommencer la grande voie un autre jour. Après 3 essais à tomber explosée en 2 secondes sur des pinces, j’ai décidé d’employer les grands moyens : un gel energy framboise power bar… et c’est passé !
Alors oui, ce blog ressemble peut être à de la pub, mais avec une belle différence : J’Y CROIS !!!! Je suis persuadée que dans cette grande voie à ma limite, deux choses ont fait la différence entre échec et réussite : mes power bar, et ma doudoune ultra light Diez North face, 460g ! Alors merci à mes sponsors, pour vos produits qui me font réussir !

 

Sardaigne…  Amico Fragile, 8b max, baptême du feu !


Comme je le disais, James a trouvé l’exercice de couenne en Espagne un peu trop facile (pas les cotations, attention, juste pas assez de sueur et de sang a son gout)…
1er jour de grandes voies en Sardaigne, bon ben on voulait du dur, on a trouvé ! Amico Fragile. 6b, 6c, 8b (enchainement de deux longueurs) 7b, 6a, 6b+, 6a+.


Pas horrible sur le papier… sauf que je me suis fait deux fois le 8b, le 7b, pour cause de chute prématurée (oui, l’excuse officielle, c’est qu’il n’y avait pas de magnésieJ). James s'en sort a vue dans le 8b, mais le 7b bien pouri lui arrachera un essai). Des la 1ere longueur, je reçois ma dose de stress : 6b, mais un point tout les 5 m dans du rocher sur-peteux, spongieux…. Des bras bien fatigués, des nerfs a vif, mais jusque la, c’était plutôt drôle tout de même, on ne s’attend pas à réussir une grande voie avec du 8 sans se mettre chiffon !


Mais a 8h moins 10, au sommet des 270m, impossible de trouver le relai. 8h, nuit complète. James décide qu’on va redescendre de nuit, en rappelant dans les longueurs d’amico, de versantes !!!! C’est-à-dire qu’il faut que le 1er  descende en reclippant tout, que le deuxième récupère les dégaines en descendant après. Tout ca avec une seul frontale, l’autre torche ayant autant de puissance qu’une bougie (bon bien sur, mon british est un gentleman, j’avais presque tout le temps la bonne lampe. Je vous passe mon état émotionnel au début de la redescente (« oh mon dieu on va mourir), au milieu de la redescente (oh mon dieu il va tomber et moi je vais rester pendue a mon harnais toute la nuit à pleurer), a la fin de la redescente (bon finalement on est encore vivant), puis la marche de redescente…


Arrivee minuit au van… heu cette histoire la, je ne vais pas la raconter a ma sœur, sinon elle me barricade chez elle la prochaine fois, sous prétexte de me protéger !

Sardaigne, J-1…

Après 1 mois de couenne, avec en moyenne 5 minutes de marche d’approche, 15 degrés à l’ombre et les dégaines souvent en place, James commençait à trouver le jeu un chouia trop facile… et pour tout avouer, moi aussi, j’attendais avec impatience notre mois Sarde.


Petit échauffement dans La Cardaire, la veille du départ. La Cardaire est une voie en 8a max de St Guilhem, …. Ah oui mais 8a sur pitons rouilles, c’est pas exactement du spit 3 étoiles, j’arrivais à tordre les pitons en tapant dessus !!! Mais bon, je me suis tenue, je n’ai pas pleuré, c’est l’effet camera : Andy Mann, auteur de Pure imagination, la célèbre vidéo de Sasha, avait deux jours à tuer, on lui a fait gouter le pain aux figues et le carre choco-amandes de Grabels, ce qui l’a mis d’humeur pour 5 heures de vidéo, suspendu au bout d’une statique de 9 millimètres  dans une grande voie!!!
Bon, au bilan… heu, j’ai toujours peu du vide, mais j’arrive à grimper quand même.

Margalef, Xiketeta, 8b a vue ?

1er jour à Margalef, apres un week end un poil trop arosé avec The North Face, a Annecy.

Je viens de me prendre des buts dans des 7 a a la chambotte (photo ci-contre, et en moule dans du 7b aussi) bon, on va dire que ca ne compte pas, c'est la savoie, tout le monde sait que c'est coté dur... ah oui je confirme!

1er jour à Margalef donc, je ne suis pas au top de ma confiance... Bon d'ailleurs ca commence mal, nouveau secteur "el Raco dela coma closa", on s'échauffe dans un 8a (ouille), bien sur je ne l'enchaine pas, James lui le survole, comme quoi c'était pas si sorcier... 8a+, premier but ...deuxieme 8a+, deuxieme but...ah non finalement je me suis trompée de voie, celle-là c'etait un 8b+ (ouf), James finit son 8a+ a vue, bon cette fois ci, je m'offre le 8a+ flash, apres 8jours sans 8, ca fait toujours du bien à la confiance!

Bon, au final, la journée ne se terminera pas si mal...Apres avoir assuré James dans un Xiketeta, 8b au secteur Cathedral, je me lance à mon tour, pas bien convaincue par les croutes qui semblent se succéder. Et bien, apres quelques petites tremblantes, deux fausses alertes, je le croite!!!!! 8b ! bon, j'ai assuré james, il fallait bien que je regarde quand il clippait, mais vu du bas, un champ de croute, ca reste un champ de croutes... quoi qu'il en soit 8b, flash ou à vue, je vous laisse decider, moi je me suis fait plaisir!

Un dernier petit gout de croix avant 4 jours de repos, home sweet home

Apres une grosse journee de grippe le lendemain de mon anniversaire, j'enfile le titre de grigir girl, mais juste le titre, pour encourager mon blondinet qui commence les runs dans son projet. Escalamasters, 9a exceptionnel, je joue dans le début, avec sortie variante a gauche, sin peron,8b+, classissime dans les 2 tiers, repos total a un genou, et une sortie que vraiment j'apprécie beaucoup moins sur croutes aiguisées. Bon, on ne peut pas toujours tout avoir :) .Donc en cette belle journée, je croite ce 8b+, decidée a enfin devenir veritable grigri girl, car Perles n'est pas une bien grosse falaise... tres beau run de James dans sa voie, qui me semble bien raleur, une fois tombé... c'est alors qu'il me montre son doigt ensanglante, un steak digne de ce nom, qui nous vaudra au moins 4 jours de repos. Creme miracleIalucette au programme, tartine matin midi et soir sur la chair a vif!

je ne suis pas contre aller faire un saut a la maison, finalement c'ets pas bien loin, 4h30, et ma famille m'attend avec tous mes cadeaux d'anniversaire!!!! cerise sur le gateau, North face m'a envoyé encore deux trois bricoles: 3 pantalons, une autre doudoune, des pulls, des sacs, des sac de couchages, des tatanes rose, des baskets.... bon promis, je m'arrete, mais comme tous les enfants a noel, j'aime brandir mes cadeaux, surtout quand ils sont tout roses!

 

Mind control, 8c+, 3 me essai

Après mes beaux débuts dans Fish Eye, réussi au 1 er essai, j’ai trouvé le courage de m’essayer à Mind control, le célébrissime 8c+ d’Oliana, croité a vue par Adam Andra, mais aussi enchainé par des super stars : Chris Sharma, Dani Andrada, Gabri Moroni, mon british … et récemment deux filles : Daila et Nina. Ces croix féminines m’avaient un peu rassurées : peut être pas de mouvement abominable, et la voie devait convenir aux filles. Sauf que travailler une voie déjà réussie par d’autres, je le voyais un peu comme un pari perdant : si je l’enchine, de toute façon, je ne serai pas la 1ere, si je n’y arrive pas, c’est plutôt démoralisant. James aura le mot de la fin :  « tu veux pas y aller, c’est comme tu veux, mais se battre contre ses démons c’est une réussite en soi même ». Bon ca va j’y vais j’y vais !
Il faut bien savoir que je n’ai jamais fait de 8c+, après 8 8c, il était temps que je me lance ! J’étais juste montée dans Idéal chimérique il y a un an… Bon, à la première montée, tous les mouvements font… C’est de très bonne augure, et surtout, j’ai beau essayer de devenir une « gentille », je suis une compétitrice, si des filles l’ont fait, moi aussi je peux, rien de tel que l’orgueil pour vous faire avancer.
1 er essai… pfft. Je tombe des la 1ere section dure, bien rési, ultra technique et à calage, avec une grosse remontée sur inversée. Pourtant c’est mon point fort… Bon, peut être un ou deux placements de pieds, un clip à optimiser…
2eme essai…. Pffffffffffffff  idem ! Mince alors, si je commence à coincer là, alors qu’il y a encore tout le haut, truffé de sections dures, repos, avec une fin vraiment méchante… je ne suis pas sortie de l’auberge. Il faut dire qu’à la falaise, le gratin de la grimpe s’est donné rendez vous : Chris Sharma, Adam Andra, Joe Kinder, Daila Ojeda, Simon Carter et sa femme, Big Up productions… un tantinet intimidant, je me passerais bien du rôle de la fille qui rame à mort dans une voie, genre celle qui vise un peu trop haut !
2eme essai du 2eme jour, ultra remontée, pas trop fatiguée, vu que je suis tombée bas au 1er, je me lance. Conditions idéales, assureur pom-pom girl,  j’ai en tète de tout tenter pour passer la section du bas.
Je grimpe très bien, rapide et précise, mais je me mets un combat de fou pour échapper a la gravité. Ouf, la 1ere section a fait, tout juste, je suis explosée au repos. J’y reste bien 20 minutes, les bras en coton… Bon je vous passe le détail de tous les mouvements, de toute façon Francisco a une jolie vidéo en préparation, disons juste que j’arrive au denier repos vidée, je grimpe, me dira James après coup, comme un escargot, hyper lente, mais je colle au mur, tout en lolottes et délayages frénétiques… et, vraiment a un poil près, je me hisse tout en haut, il m’encourage même pour clipper le relai, tellement j’ai l’air limite !
Voila, on  le 5 mars, demain j’aurai 27 ans, et c’est fait, Mind control, est dans ma poche, au troisième essai !
Encore une très belle aventure, merci à Oliana et ses equipeurs pour toutes les sensations dans ces belles voies !!!!!

Espagne, Fish eye, 8c a Oliana au 1 er essai

Apres 1 mois et demi en Asie, en raison de 3 longueurs max par jour,James et moi nous sommes donnes un mois de “remise en forme” en Espagne, direction Oliana et la région de Lieda, pour nous faire pousser les avant-bras avant le mois d’avril Sarde : au menu, grandes voies, grandes voies.. et grandes voies sur l’île italienne.

 On est arrivés avant-hier dans notre van fraîchement aménagé, un peu intimidés par la longueur des voies d’Oliana, franchement cuit par les 20°C à la falaise, et à peu près surs d’en prendre pour notre grade. J’avais repéré Fish eye l’an dernier, je trouvais ça long mais envisageable… A vrai dire, c’était mon projet pour ce mois-ci. Je suis donc montée hier matin pour redécouvrir les méthodes. Fish eye est un pur 8c de conti, avec quelques pas durs et des gros repos. Comme la seule méthode pour prendre de la conti, c’est d’en manger, je me suis lancée dans mon premier run, juste pour me faire les bras… sauf que, après un bon et très long combat, me voilà en haut, clippant le relais ! On me l’aurait dit, je n’y aurais même pas cru! »

Merci a Francisco pour les photos!!

 

Bangkok, Nam pha pa yai camp


Deux jours à tuer a Bangkok? Vous pouvez essayer de vous faire tailleur un costume… à vos risques et périls, j’ai testé… j’attends toujours la robe que j’ai en partie payée, elle était prête, mais pas à ma taille ! Ou alors, pour un séjour plus aventureux, il y a le camp de Ben Grasser, pas bien loin de Muak lec. Ben, frenchie exilé depuis des années en Thaïlande, travaille en accro sur des plates formes pétrolières, et le reste du temps, chouchoute le camp qu’il a crée selon ses idées : panneaux solaires, autonomie complète, Ben ne va jamais au super marché, il trouve tout ce qu’il faut chez la mamie du coin. Tyrolienne pour traverser la rivière et accéder à la falaise, maison dans les arbres, douche à la bassine, et bien sur, guêpes, serpents, scolopendres, scorpions, vous voilà dans la jungle!
Il faut bien vous imaginer la nuance : si équiper est déjà une belle affaire en France, ici il s’agit d’accéder au sommet de la falaise en se créant un passage au coupecoupe dans la foret de bambous, puis de poser ses spits en regardant bien dans chaque trou si un serpent n’y dort pas, si un nid de guêpes géante n’est pas logé là. Il y a deux jours, je grimpais naturellement, en mettant les mains sans inquiétude dans les trous… depuis que James a croisé un énorme python somnolant dans un creux à 3 metres de la voie qu’il équipait, j’ai changé de tactique : je repère les bacs, je me hisse sur des croutes pour regarder dedans, et là seulement je mes les mains.
Un peu inquiet ? Voyons, on est en Thaïlande, pas dans une salle de gym, et même si personne ne le dit, vous etes plus en sécurité ici qu’ à Tonsai, pas de microbes à l’horizon, pas de singes mordeurs. Et si vous leur rendez visite, promis, le petit dej est gargantuesque, la femme de Ben, thaïlandaise, cuisine divinement, et Ben offre le logis à tous ceux qui équipent les centaines de lignes potentielles. Enfin, le plus important bien sur, Ben n’a pas choisi ce coin par hasard, calcaire déversant truffé de colos, du 5 au 8b, des centaines de lignes a ouvrir, dalle ou toit, nous sommes allés de découvertes en découvertes, avec u 6c+ sur une draperie majeur, un 7c sur des prises toutes douces, en équilibre, et mon premier spit posé dans la voie équipée par James, un 8a+/8b sur patates dans un gros devers. Un paradis sauvage !

Le camp est 130 km au nord de bangkok :
Thai / English
Joy : +66 (0)8 91 28 78 49
French / English
Ben: +66 (0)8 79 06 97 09

 

Nouvel episode de nos aventures aiatiques: Bankok, Muac lec


Après Ban nan none, perdus dans un Laos sauvage, nous retournons vers la modernité. Un bus de 12 heures nous pose à Bangkok, mega pole à mi chemin entre la moderne Kuala Lumpur et la typique Saigon : à Bangkok, devant les boutiques et shopping center classiques, de petites échoppes s’étalent le long du trottoir, proposant fringues, sex toys, valium... Bien sur, en grimpeurs enragés que nous sommes, nous passons à la capitale certes pas pour du shopping, mais plutôt pour rendre visite à un ami de James, Richard Eden, qui s’est exilé en Asie depuis des années. On s’attendrait à trouver a Bangkok une foule de grimpeurs, sur les 11.5 millions d’habitants... mais non, ici le grimpeur est perle rare, les lignes équipées aussi, et Richard s’est vu contraint pour continuer à grimper de devenir équiper. Et bien lui en a pris, parce qu’avec le français Ben Grassea, ils ont ouvert Muc lac!
Un bus vous dépose 2 heures au nord est de Bangkok en suivant la route principale, une espèce de 4 voie ou les demis tours sont autorises. Petite halte pour déguster un pad thaï (des nouilles sautées) dans un bouiboui. Ensuite il faut réussir à trouver la piste vers la falaise, visible sur la droite depuis la route. 30 min de bartasse sur un sentier de Monk abrupte, pendant lequel Richard nous met en garde contre les serpents, fourmis, et autres amuses gueules, et nous arrivons au pied des voies... bon... à première vue, rien de bien fantastique, mais James m’a prévenu, “do not expect anything great”. Il a une théorie de voyage que je commence à partager: mieux vaut toujours s’attendre à peu, et être agréablement surprise par du “un peu mieux”. Des murs légers devers, quelques colos mais pas foison, je commence par un 6c qui  montre un certain style, une draperie de colo assez jolie... Wow, dément! Le rocher se révèle parfait! Tout doux et pourtant adhérent, des trous apparaissent au fil de la grimpe, déroulant une séquence parfaite. Cerise sur le gâteau, il parait qu’ils n’ont pratiquement pas eu besoin de nettoyer, tous ces trous, colos, sont véritablement naturellement doux et propres! Nous nous élançons ensuite dans un 8a majeur, bien que très bloc, encore un projet que James va se charger de libérer, puis un 7c 5 étoiles, le dernier bébé de Richard. Décidément, l’Asie est pleine de surprises, et de belles !

 

Ban nan none

 

Et de 3... voici encore une carte du Laos, mais un poil plus engagee!!!! Ban nan none, vallee perdue, ses villageois, et ses toiles d'araignees!

carte sur Kairn

 

Je vous l’avais promis, après le 3 étoiles de green climbers garden, Taekek, Laos, nous nous sommes mis en mode Macgyver… enfin de mon point de vue du moins. L’accès était un poil plus complexe que les 12 minutes de tuktuk. En effet, notre prochaine cible, Ban nan none, est un site perdu dans une vallée, à 150 km de Taekek, ouvert il y a 5 ans par un groupe de français téméraires. 4 heures de scooter au programme, le baptême du feu pour moi, sans compteur de vitesse, mais on a fait le tout en 2 h 30 je vous laisse calculer. J’ai bien du mettre 1heure à comprendre que pour freiner je devais appuyer avec le pied droit ! Bref… de Taekek, l’une des principales villes du Laos, mais déjà un royaume de poussière, cahutes, motos et tuktuk, on quitte les grands axes pour s’enfoncer dans un paysage de collines couvertes de jungle, maisons sur pilotis en bois ou bambou. Ban nan none est un petit village tout au fond de la vallée, il faut ensuite suivre une piste en terre pour rejoindre la falaise. Oh surprise, le pied des voies, que nous attendions recouvert de jungle, nid a serpents, était dégagé  !!! Il semblerait que la région s’ouvre à l’écotourisme, ils ont donc « sécurisé les chemins », à grand renfort de coupe coupe et de feu.
Mais je vous ai promis du mac giver… A Ban nan none, les 1ers points manquent systématiquement, petite blague des villageois, qui, ma fois, devaient se demander ce que des spit flamboyants faisaient sur du rocher. Souvent le 2eme point aussi s’est envolé, nous avons donc appris à construire un bâton de préclipage. 2eme petit obstacle, les voies sont très, mais vraiment très peu pratiquées… donc royaume des toiles d’araignées, une première montée s’impose donc, balai au fesses, grosse brosse, petite brosse, bâton de préclipage suspendu pour monter de point en point et écarter araignées ou serpents.
Et je vous assure, une fois échauffée par ces amuses bouches, j’ai ADORE !!!!!  Dévers a 30 degrés, des voies vraiment classes,  mention spéciale pour « Ca baille dur », 7b majeur sur colos et patates, et un 8a et un 8b dans un style différent sans colos, mais des mouvements sur règles en devers, un peu de 3D.  Merci aux ouvreurs, c’était un régal ! Cerise sur le gâteau, à gauche, à droite, partout des lignes incroyables attendent encore leurs spits !!! Mais ca devrait venir…

Pour plus d’infos : http://www.laosclimbing.com

 

Laos, le toit gruyere

 

Un petit coucou du Laos, entre deux aventures, voici la premiere carte postale pour Kairn, bien sur je ne dis pas tout, impossible, masi promis, pas de serpents en vue pour l’instant, j'ai appris la parade: faire des feus au pied des voies, les serpents détestent!

Carte postale de Kairn

Juste un katana lace-up. Promis, il est bien dans la photo… C’est bien mon chausson, et moi je suis à moitie coincée, rampant sur le dos pour rejoindre la sortie de ce trou/tunnel qui perce une énorme circonvolution (à ce stade là, j’ai en stock dans mon vocabulaire ce mot barbare ou “patate géante”, à vous de choisir). J’ai bien du hésiter 5 minutes pour décider si je devais m’engager dans le trou, entrainant la corde dans mon sillage, ou le contourner par-dessous… mais après essai, l’option 2 semble largement au deçà du 6b+ annoncé ! Parce que oui, je suis bien en train de grimper, on ne m’a toujours pas converti à la spéléo… quoique là, la roche y fait quelques allusions !
Green Climber’s Garden ! Voilà ce paradis aux patates, au fin fond (enfin presque, j’annonce, on verra pire) du Laos, un toit hallucinant ! Tout simplement !  Jamais vu un toit comme celui-ci, et pourtant, avec la grotte de Millenium en Sardaigne, je pensais avoir posé la barre haut ! Celui –ci n’est ni tellement haut, ni tellement large, mais propose un nouveau monde en matière de grimpe 3D. Avec des avancée de 20m pour des cotations dans le 7, et même le 6b+ (rude, hein tout de même), on se doute bien qu‘il y a un truc. Du bas, certes, c’est sacrement découpé ! Mais une fois lancé dans la voie, WOW ! Ou est le haut, le bas, et ma prochaine dégaine, elle est derrière quelle patate ?
Bon je ne vais pas vous parler de patates toute la soirée, j’ai déjà réussi à placer mon tubercule  4 fois, et de toute façon, ce ne sont même pas de vraies patates (et de 5J), mais plutôt un rocher gruyère. Voila juste Un spot qui sort vraiment, mais vraiment du lot. James et moi nous sommes arrêtés ici, à 12 km de Takeck, par hasard, ayant découvert sur internet que deux grimpeurs allemands, Uli et Tania, avaient eu le courage de créer « Green Climbers Home ».  On s’attendait au mieux à des murs blancs de calcaire, par 35 degrés à dégouliner sur son assureur, et l’objectif était plutôt de se prélasser dans ce pays cocon qu’est le Laos, avec grimpe en option.
Sauf que notre tuktuk nous a posé au cœur d’un champ de montagnes : au bout d’un chemin en terre, au milieu d’un village de pagodes en bambou  avec au centre la pagode « climbers bar », le tout sur pilotis pour la saison des pluies. Uli et Tania ont entièrement crée ici un paradis pour grimpeurs : bungalows ou dortoir, topo, location de matériel , bar, resto avec menu typique succulent (mention spéciale pour le coconut lassi et les boulettes de riz gluant frites, à ce qu’il parait une invention de Uli, sacrilège mais tellement bon !), un village de grimpeurs, par des grimpeurs. Je l’ai déjà dit, voici le paradis !

Pour ceux qui veulent prendre leur billet de suite :
Accès : 12 km au nord deTaekek, Laos. On arrive a Taekek par 6 heures de bus depuis Vientiane, capitale, plus ½ a 1h de tuktuk, selon les spécimens.
Saison : la meilleure saison est décembre-janvier, un peu avant ou après, éviter bien sur la saison des pluies.
Budget : très petit budget ! Le plat de Padang curry avec riz gluant est à moins de 3 euros !
Toutes infos supplémentaires : http://greenclimbershome.com

 

 

 

 

Asie... presque

 

Pour Janvier Fevrier 2012, James et moi nous accordons le trip de mes reves: 1 mois et demi en Asie: Malaisie, Laos, Thailande yahouuouuououou :)


Mais avant les grandes vacances, voici les petites vacances, direction l'angleterre, Peak District
Ma 1ere carte postale en dircet sur
kairn!

 

 

Des croix, en voila!!!!!!


En une semaine de falaise(oui en fait 3 jours entre les anniversaires de James, Famille, Noel en avance...) on a réussi une belle collection de coches avec James:a Seynes, Metaphysique des tubes, 8c, 2eme essai pour nous deux, a Claret, Guere d'usure (8c) pour James, Biotope (8b+) pour moi. La fete quoi!!!!

 

 

 

 

La sportiva party!!!!!!

C'est demain au mur de lyon, tests du futura, contest de blocs, je serai la, de meme que Arnaud petit!

Un beau moment en perspective, venez nombreux!!!!

Au bilan, ca aura ete une superbe soiree, avec des blocs plein les bras, un gateau aux framboises et du champagne pour l'anniversaire de James, et le premier contact avec des chaussons qui promettent: les Futura!!!!!!!!!

 

El Cap, salle a Nantes, Inauguration

Dans la capitale de la Bretagne, une bande de joyeux grimpeurs a crée depuis déjà 7ans une belle salle d’escalade, El Cap. Un projet privé, mais l’esprit reste franchement chaleureux, il est ici question de passion !
Ils se sont lancés le défi l’an dernier de créer à grand renfort de sueur et de temps une ambitieuse extension de 17m de haut, un beau dévers à facettes que l’on baptisait le week-end dernier. A cette occasion North Face, mon partenaire, m’a proposé de monter dans le « nord » pour une petite visite, vin chaud, pains surprises et, beau cadeau, une « voie ultime » pour aller jouer ! La rumeur prétend que les gens de là haut sont plus chaleureux, je suis allée vérifier, j’en ressors ravie ! Le mur est véritablement de grande qualité, il pourrait honorablement accueillir une voie de coupe du monde, si ce n’est l’espace pour le public. « Ma » voie était un beau cadeau, dure, complexe juste à souhait, je l’ai sortie (ouf !)  en m’appliquant et surtout, l’équipe m’a accueilli avec un grand sourire, proposant même une initiation au dry tooling !
A tous, je vous souhaite beaucoup de grimpe à El Cap, des avants bras ruinés par le devers, et je tire mon chapeau pour ce nouveau mur !

 

Autriche, Zillerthall, Black Wall, mon dieu que le granite c'est dur!!!!

Sprungbrettl, 8b, au 2eme essai, comment dire, très beau, très très physique, très froid! Le granite, c'est une nouvelle histoire. Autant sur calcaire je tape des essais a vue dans du 8b, autant sur Granite, après travail dans la même cote, c'est déjà un exploit!

Mais bon, cotation mise a part, que c'est beau!!!!!